La piscine à la mode islandaise

L’Islandais est très friand de piscine et nous avons enfin découverts pourquoi. Je m’en vais vous le conter.

Depuis plusieurs jours maintenant, nous étions intrigués, interloqués, déconcertés voire ébaubis par l’étonnante assiduité de nos amis du Grand Nord pour la natation.

Qu’à cela ne tienne nous aussi on va s’y mettre, en plus ça tombe bien on est dimanche matin (il est 12h45…), et quoi de mieux qu’un dimanche matin pour se mettre à la piscine, franchement je vous le demande.

On prépare nos petits sacs, serviette, maillot, savons divers et bien sûr j’en profite pour prendre les lunettes de natation que j’ai acheté il a presque 1 an et que…. ben heu… je n’ai jamais utilisées !

Cinq minutes de marche plus tard, nous voilà face à la guichetière, qui, il faut bien le dire, est aussi aimable que la morue qui tiens le guichet de la piscine de Cusset à Villeurbanne ! Bref je m’égare.

L’entrée nous coûte 550 ISK soit, pour vous situer, à peine plus qu’un ticket de bus chez monsieur TCL. Nous tenons là un premier élément de réponse à la fameuse question : mais pourquoi l’Islandais kiffe-t-il autant sa race la scine-pi ?

Le ticket en main, le moment des adieux arrive inévitablement, et oui ça c’est universel, y’a un vestiaire pour les garçons et un pour les filles. On se serre dans les bras, on s’embrasse, on se dit qu’on pensera fort l’un à l’autre et on se lance ! A ce moment là on sait pas encore ce qui nous attend…

Les escaliers débouchent sur un long couloir, où il faut manifestement quitter ses chaussures (ah oui je vous ai pas dis, sont très cool ici, au niveau, de bah on a trop confiance les uns en les autres, on laisse nos choses d’affaires sans crainte d’une dérobade. Au musée par exemple et ben y a un grand espace avec pleins de porte manteau ou tout le monde laisse ça veste, son sac, tout ce qu’en France on ose même pas poser au pied de sa chaise au resto!)

Bref je rentre dans le vestiaire, personne. Je fais mes affaires, je mets le super bracelet en caoutchouc couleur caca d’oie avec la petite clé rouillée qui pendouille au bout et je me dirige vers les bassins. Enfin c’est ce que je crois, parce qu’avant d’arriver aux dîtes piscines, il y a un passage obligé auquel je ne m’étais pas préparée : les douches ! Dis comme ça, ça a pas l’air méchant… mais la coutume locale (et quand je dis coutume, je veux dire obligation à laquelle de nombreux panneaux nous rappellent dans 5 ou 6 langues) veut que la douche soit obligatoire, nue, oui oui comme un ver, avec savonnage impératif. Evidement les douches sont communes (ça sera trop simple sinon), sans murs, sans portes, sans intimité quoi ! Et oui l’Islandais est très « on est tous faits pareils, pourquoi ce cacher ? »… BoooOooooooonnnnn, encore heureux que l’on était que quatre !

Je vous passe les détails navrants de cette expérience, pour vous dire que les piscines islandaises sont composées de bassins de natations quasi-vides, mais, petite surprise kinder, qu’elles sont absolument toutes équipées de bains chauds et bouillonnants bondés, accessibles, on devait s’y attendre, par l’extérieur pour bien se refroidir avant de se plonger dans l’eau bouillante.

Bon je vous raconte tout ça mais en fait moi j’y suis pas allée… Ben oui quand je m’y suis présentée la miche toute tremblotante de froid, le zinzin était rempli d’Islandais pas commodes commodes, du coup j’ai rebroussé chemin en me disant que c’était peut-être réservé aux messieurs. La chute !

Bon, en fait non, mais c’est juste que c’est apparemment un truc de mecs là bas, ils se retrouvent dans les bains comme ils se retrouveraient au bar du coin, bon oui sans alcool, mais mon envoyé spécial (qui n’a pas fait demi tour lui, mais s’est imposé en tant que mâle dominant) m’a rapporté que ça papotait sévère là-bas dedans. Z’en ont des trucs à se dire les pingouins!

Du coup j’ai fais des longueurs.

La moral de l’histoire c’est que j’ai toujours pas utilisé mes lunettes de natation, je les ai oublié dans mon casier, c’est quand même con.

Ju

 

piscine

Publicités